Témoignages

Vous êtes fumeurs, ex-fumeurs, futurs ex-fumeurs, proches de fumeurs… votre histoire nous intéresse ! Racontez-nous vos craintes, vos victoires, vos fiertés ou vos difficultés. Votre témoignage est précieux pour tous ceux qui arrêtent de fumer, alors merci à vous.

  • Est ce que quelqu'un peut me dire si il a eu mes symptômes, mes sensations...
    Mon médecin traitant me dit que mes symptômes/sensations sont liées à l'arrêt de la clope.
    Je me sens fébrile comme si j'étais faible, j'ai l'impression parfois que mes jambes ne me portent plus, j'ai des sensations de vertiges, j'ai des sensations de fatigue, des sensations parfois de nausées, des sensations d'être pas en forme du tout.
    En fait je me sens très mal dans ma peau comme si j'étais malade.
    Parfois j'ai l'impression que si je ferme les yeux je vais perdre connaissance alors qu'il n'est est rien.
    Non ce n'est pas le covid, test négatif.
    Mon médecin m'a fait une batterie d'analyses de sang, les résultats sont bons.

    Est ce que vous pouvez me dire si vous avez eu ce genre de sensations a cause de l'arrêt de la cigarette ?

    Merci a tous de vos réponses.

    Nabil, 48 ans

    Non fumeuse depuis 1 mois

  • Merci à TabacInfoService pour les mails de soutien quotidiens mais aussi l’application qui permet de rappeler le nombre de jours depuis l’arrêt du tabac, les motivations personnelles que l’on peut relire en cas de besoin, les astuces pour oublier un besoin impérieux ponctuel (Cf. « Je vais craquer »), les bénéfices chronologiques pour la santé mais aussi le gain financier pour se récompenser...
    Enfin, merci pour tous les témoignages de fumeurs qui permettent de ne pas se sentir seule...
    C’est mon troisième sevrage.
    J’ai commencé à 16 ans avec l’autorisation de fumer au sein du lycée pour les élèves du deuxième cycle, « la cour des grands », sans connaissance des risques...
    J’ai arrêté à 24 ans lors de ma première grossesse pendant 12 ans, puis il y a 7 ans pendant 1 an.
    Ce que j’ai appris, c’est que les fumeurs dépendants ne peuvent pas fumer deux ou trois cigarettes pour le plaisir. J’aimerais mais l’expérience m’a permis de vérifier que c’est impossible!
    Cette dépendance est comme l’alcoolisme. Un seul verre et l’alcoolique sevré reprend rapidement sa consommation habituelle.
    J’ai la chance de pouvoir boire avec modération.
    Hélas, ma dépendance au tabac est telle qu’une seule cigarette me conduit très rapidement au paquet.
    Alors, j’ai décidé de faire le deuil d’un produit qui finalement m’apporte plus de risques que de réels bénéfices!
    Je veux faire plaisir à mes enfants et mes petits-enfants.
    Encore merci pour l’aide apportée.
    J’espère ne plus recommencer même si ce n’est pas simple...

    Annie, 65 ans

    Non fumeuse depuis 1 mois

  • Bonjour,

    Mon envie de fumer est toujours présente. Elle se manifeste sur des moments de détente et de festivité.
    En arrêtant j'ai quand même l'impression de renoncer à une liberté que je m'étais octroyé. un espace de plaisir solitaire antitsocial tout en l'étant, ponctuel, qui me servait de trait d'union entre les autres moments de ma vie. Le côté positif, je ne dépense plus 10 euros. C'est une attitude comportementale que je dénonce auprès de mes enfants et ma femme et les alerte sur ce genre de comportement. le souffle qui revient. Je compense par de la gymnastique le matin. Le manque n'est pas physique il est psychologique.
    A suivre....

    Emmanuel, 47 ans

    Non fumeur depuis 9 jours

  • Bonjour à toutes et à tous

    j"ai décidé d'arrêter de fumer pour plusieurs raisons, mes proches, ma santé etc.
    J'ai commencé volontairement avant le début du mois sans tabac. Je suis aidé par le centre d'addictologie de mon département, des personnes très agréables. Comme je fumais beaucoup et depuis très longtemps, j'ai des patch et je prends de pastilles nicotinés. Ce jour, le 07 novembre je suis depuis le 30 octobre à 0 (zéro) cigarettes. Si je vous écris c'est qu'aujourd'hui je ressens vraiment une forte tension. Comme j'ai peur de craquer, je me suis dis qu'en écrivant, cela m'aiderais à tenir, je l'espère. Je me suis fixé d'annoncer la bonne nouvelle à mes filles demain quand je serai à 10 jours à 0 .
    Voilà je vous ai dis mon ressenti à ce jour. Bon courage à toutes et à tous . Jean

    Jean, 64 ans

    Non fumeur depuis 6 jours

  • c'est le 1er jour après 7 jours d'arrêt où je me lève tranquille sans penser au tabac ou à ma vaporeuse! j'ai suivi les recommandations de mon médecin à qui j'expliquais que j'avais des trous à l'estomac vers 10H du matin avec une envie irrépressible de fumer : il m'a recommandé des sucres lents pour le petit dej ; je me suis fait ce matin 2 tartines de pain complet (sucres lents) avec un peu de beurre et de la c*** à la fraise : se faire plaisir était sa 2ème recommandation ! et je n'ai pas ressenti ce trou à l'estomac . Je me sens soulagée car la semaine a été vraiment dure, me rendant compte que j'étais complètement dépendante d'un point de vue psychologique et comportementale du tabac...la super déprime est passée ! le combat n'est pas encore gagné mais un peu de ciel bleu ça fait du bien ! courage à nous tous ! on va gagner !

    Brigitte, 62 ans

    Non fumeuse depuis 6 jours

  • C'est la deuxième année que je tente d'arrêter de fumer grace au mois sans tabac dont je trouve l'initiative fort intéressante, car nous mobilisant toutes et tous. L'année dernière, l'argent était ma première motivation, mais une augmentation du stress et un entourage amical/professionnel fumeur m'a fait reprendre après deux mois d'arrêt. Et c'est à ce moment que j'ai pris conscience de mon addiction. Je ne pensais qu'à ma cigarette de récompense, de plaisir, de rêverie. Et depuis septembre, je ressens plus fortement une altération de ma santé, je ressens plus fortement l'urgence de l'arrêt pour plus tard. J'ai arrêté depuis 3 jours, avec auparavant des jours où j'avais réduit ma consommation. Et finalement, si cette année c'est davantage pour ma santé que je souhaite arrêter, un seul mot me reviens en tête, régulièrement, dans mes moments de motivation mais aussi de vulnérabilité. Ce mot est "liberté". Cette liberté est de plus en plus grande au fur et à mesure de l'arrêt. Je me le prononce par fierté de l'arrêt accompli mais aussi pour me motiver à continuer. C'est un mot de récompense tout comme d'objectif. C'est une liberté pour ma santé, pour ma situation économique et, de fait, pour toutes mes activités qui pourront en découler. Alors cette liberté, j'espère qu'elle continuera à me motiver et à s'étendre dans mes ressentis de vie. Un immense courage à chacune et chacun.

    Philippe, 30 ans

    Non fumeur depuis 3 jours

Exprimez-vous !

Et faites partager aux autres votre expérience en postant votre propre témoignage: vous pourrez y parler des leçons tirées de cette expérience, des difficultés que vous avez pu rencontrer, de vos doutes, des moyens qui vous ont aidé, bref de tout ce qui a compté pour vous!

Je me fais accompagner